partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Rando de Noël avec « Rando63  » à Le Bouchet


 

Ce dimanche 16 décembre nous avons tenté l’aventure en groupe pour la première fois ! Et sans regret.. Si ce n’est de ne pas avoir tenté plus tôt….

 

C’est en cherchant sur Internet des itinéraires pour faire des raquettes que je suis tombée sur le site de « Rando63″. Association-club Auvergnat qui organise des randos en groupe tous les mois. Et ce mois-ci la rando se faisait… en raquettes !!! Ni une ni deux je nous inscris à la rando du 16 décembre dans l’optique d’apprendre à chausser des raquettes et d’apprendre à maîtriser ces engins.
Malheureusement la pluie, en deux jours, avait chassé la neige présente sur les montagnes, c’est donc sans raquette que la rando s’est déroulée. Mais l’absence de neige n’a en rien enlevé son charme à cette rando. Les randonneurs de Rando 63 ont été d’un accueil chaleureux et l’ambiance a été excellente ! C’est avec plaisir que nous les rejoindrons pour les prochaines randonnées organisées.
 

 
L’objectif du club n’est pas de suivre un itinéraire fixe. Les organisateurs, tous les deux formés par la FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre) pour animer des groupes de randonnée, maîtrisent la lecture des cartes, l’utilisation des boussoles, etc. c’est pourquoi pour cette rando je ne vous proposerais pas de télécharger un lien PDF pour avoir les explications détaillées du circuit puisqu’il n’y en a tout simplement pas héhé.

Le départ se fait au lieu-dit Le Bouchet, à côté du village Le Vauriat, non loin de St. Ours-les-Roches, à un peu moins de 40 minutes de Clermont. C’est bien couverts en bonnets, gants, etc. que nous avions rendez vous tôt le matin ! La pluie était elle aussi au rendez vous, grrrr… Mais, une chance pour nous, à peine étions nous en route sur les sentiers que la pluie cessait pour laisser la place au vent qui a vite chassé les méchants nuages nous permettant d’admirer les beaux paysages et d’avoir un peu de ciel bleu. Sur les chemins, nous avons eu quelques restes de neige. Ce qui nous a fait, à tous il me semble, bien plaisir !
 

 
Nous avons marché une bonne heure avant d’arriver au pied du Puy Chopine (qui est « accroché » au Puy des Gouttes). Son ascension étant au programme, nous avons fait avant de commencer à grimper une pause « petits gâteaux, » apporter par une des randonneuse du groupe, histoire de nous donner la force de gravir le Puy qui se dressait fier devant nous ! Et c’est parti nous voilà…!

Avant d’arriver au sommet, nous sommes passés voir la Fontaine des Pères, dans un champs.. Les bacs n’étaient malheureusement pas tous remplis, nous n’avons donc pas pu profiter pleinement du terme « fontaine » ; de toutes façons, les quelques bacs remplis étaient gelés….
 

La Fontaine des Pères, panneau avec le Puy Chopine derrière et sentiers pour gravir le Puy Chopine

 

Monter au sommet du puy a été le passage qui a demandé le plus d’effort au cours de cette rando.. Mais rien d’insurmontable ! Le groupe avance à son rythme et on peut prendre le temps de s’arrêter pour se retourner et admirer la chaîne des Puys qui se dresse derrière nous au fur et à mesure que l’on monte ! Le Puy de Côme est resté la tête dans les nuages mais ses amis le Grand et le Petit Suchet se sont bien montrés..
 

Panorama sur le Puy-de-Côme à mi-chemin de la montée au Puy-Chopine

 

Arrivés au sommet du Puy Chopine c’est le vent qui nous a accueilli… Un vent frais et vif. C’est donc sans trop nous attarder que nous sommes descendu par l’autre côté du puy, direction l’Ouest. Une descente qui sur la fin c’est faite au feeling, d’où le côté un peu dangereux sur sols glissants… Heureusement que nous avions moult branches de sapin pour nous retenir et ne pas tomber.

Arriver du côté Ouest du Puy nous nous retrouvons dans une petite clairière entre les deux puys ; le Puys des Gouttes que la lave a creusé et le Puy Chopine.

Nous continuons notre rando sur sol plat, pas de montées, quelques légères descentes et pas mal de neige aussi..

Vers 12 h 30 – 13 h l’appel du ventre a été plus fort que nos jambes et nous étions obligés de nous arrêter pour casser la croûte.. C’est au milieu des bois que nous avons couché nos bâches et sortis nos victuailles.
 

 

Etre assis nous a un peu refroidi, nous sommes donc vite reparti de bon pied, sur les chapeaux de roue pour nous réchauffer !

Et la prochaine étape était le Puy de la Coquille, le point culminant de la rando, à 1 152 m d’altitude. Monter au sommet ne demande pas d’effort particulier, la montée n’est pas rude, elle se fait sur un long dénivelé du coup on ne se rends pas compte que l’on monte autant.. Le petit plus de le montée est que celle-ci se fait surtout en forêt et quoi de plus agréable en sortant de la forêt en arrivant au sommet que de découvrir le paysage qui s’offre à nous…..!! Je vous laisse admirer la beauté de cette chaîne des Puys…
 

 

Après avoir admirer ce paysage qui nous laisse sans voix, nous sommes redescendus pour la dernière fois de la journée, pour arriver dans les bois de Mauzac. Ensuite en sortant des bois, nous retrouvons des chemins et non plus nos petits sentiers, avant de retrouver sur la fin de la journée le goudron de la civilisation et de traverser les villages voisins. Et enfin de revenir à notre point de départ, Le Bouchet où la pluie nous attendait..

 
 
 
 
Bon oeil sur La galerie photo