partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Rando sur le thème de la photo au Lac de Guéry avec Rando63

tableau Guéry

 

 

Pour démarrer cette semaine qui s’annonce ensoleillée, je vous propose une rando photo sous la brume, faite avec Rando63 le 6 octobre dernier.
 
Le but premier de cette rando n’était pas tellement de randonner mais de faire des photos tous ensemble avec nos propres appareils en tant qu’amateurs et aussi de surprendre les marmottes au réveil. Plutôt une sortie ludique entre photographes donc.
Nous espérions un super temps pour une bonne visibilité et faire sortir les marmottes. Malheureusement, à Clermont il faisait doux, mais arrivés au Guéry, brrrrrrrrr, un brouillard et une pluie fine nous accueuillait ! Faire demi-tour était plus que tentant…
 
Lieu de rendez-vous sur le parking du lac, là où l’ont peut théoriquement admirer les roches Tullière et Sanadoire dans la vallée. Oui, nous les devinons bien mais on ne voit pas vraiment leurs cîmes !

 

IMGP9574

 

 

Bref, nous étions là avec le sale temps, nous étions certes peu nombreux, mais nous y étions et nous n’allions tout de même pas opter pour l’option « on rentre se boire un vin chaud dans l’auberge la plus proche et on refait le monde tout le dimanche prés de la cheminée » QUE NENI !, on se couvre un max ; K-way, polaires, guêtres, écharpes, gants, etc. et zou, nous partons de bon pied (et de plus ou moins bon oeil selon les nuages).
 
Nous démarrons directement dans les chemins, après avoir traversé la route. C’est parti, nous passons un petit ruisseau et montons vers les sommets, là où les nuages sont encore plus denses. Je sens que de là haut la vue sera imprenable ahahahaha. Nous voyons à peine le début du groupe à 2 mètres, il fallait rester groupé pour ne pas se perdre !
Quelques pas et nous voilà à mi-hauteur, face à un panneau « Vue sur le lac de Guéry » et là, rigolade : à part du gris nous ne voyons strictement rien. Ah ! si, on devine des vaches couchées dans l’herbe pas loin de nous. Les pauvres…
 
Nous croisons des escargots et comme nous savions d’avance que nous ne verrions aucune marmotte, nous avons jetés notre dévolus sur les gastéropodes ! Des clichés merveilleux ahahaha. Notre guide photographe nous a expliqué les bases de la macro à cette occasion.

 

début rando

 

 

Arrivés à une sorte de petit carrefour, notre guide sort sa carte, le temps pour nous de faire une pause hydratation et nous le suivons, direction les sommets… Encore plus haut, encore plus brumeux, encore plus venteux, encore plus frais… Le bonheur.
 
Nous longeons les clotûres électriques, nous escaldons des grillages, nous évitons les branches d’arbres, nous guettons sans succés un ou deux chamois, nous croisons beaucoup de champignons non-comestibles puis, nouvelle pause photo.

Cette fois-ci notre « star » fut un genre de sureau rouge. Les baies rouges attiraient nos yeux, ressortissant sublimement sur le noir de l’écorce.
 
 
A vos flash, prêt partez !

 

sureau

 

 

Après cette deuxième pause photo nous reprenons notre route. Il commence à pluviotter donc nous nous arrêtons à l’orée de la forêt, plus ou moins à l’abri pour une petite pause « boissons chaudes » et traditionnel pain d’épice d’une randonneuse du groupe (voir article Rando de Noël) et notre guide nous fait aussi décrouvrir le rooiboss (infusions d’écorces) : nos papilles ont savourés ce délice épicé, parfait avec le pain d’épice !

 

Sans plus attendre, nous repartons, après avoir sortis nos cappes de pluie pour les sac. Les chemins se ressemblent, le temps reste inchangé.

Nous rencontrons d’autres randonneurs et nous nous sentons du coup moins seuls, moins fous !
 
Nous traversons un petit bout de forêt, ressortons et arrivons en haut d’une coline, nous la descendons et devinons les anciens burrons creusés : les mottes de terre nous indique leurs présences passées. C’est aussi là que nous croisons des petites grenouilles, des belles grosse vaches et enfin, un pêcheur, seul dans le lac de Servière. Encore une belle occasion de faire des photos.
 
 

Eh oui ! A défaut de marmotte, on fait ce qu’on peut.

 
 

vaches et grenouilles

 

C’est au bord du lac de Servière que nous nous arrêtons pour déjeuner. Dans la forêt, à l’abri de la pluie… Le réchaud nous a manqué à ce moment précis !
 
Après mangé, il nous restait deux petites heures de marche avant le terminus. Nous nous étions reffroidis en mangeant il nous tardait un peu à tous d’arriver. D’autant plus que la suite se fait en grande partie dans la forêt. Nous avons longé un petit moment le lac Servière et son petit ponton en bois qui sillonne la forêt et aussi cherché les cèpes dans la forêt. A notre actif seulement trois cèpes récoltés malgré nos nombreuses fouilles !!!!!!

 

Dans la forêt, nous passons aussi devant une petite cascade. Occasion une fois de plus de faire quelques photos…

 

dernières photos

 

 

Après cela, nous retrouvons notre carrefour du début à mi-hauteur dans la montagne, et puis nous redescendons par le chemin emprunté à l’aller avant de retrouver notre parking avec sa vue si dégagée (hum hum).
 
Et voilà, fin de la rando. Au moment de remonter dans les voitures, une pluie violente commencait à tomber. Nous nous sommes donc estimés très heureux d’avoir terminé à temps. Nous aurons au moins eu cette chance d’avoir peu de pluie (outre les quelques petites gouttes pas méchantes).
 
Je pense que cette rando est à refaire par beau temps pour admirer le paysage. Je ne doute pas une seconde de sa beauté par beau temps. Voir les sommets et les panoramas par ciel dégagé doit être autre chose.
 
 
Je termine cet article avec une très chouette photo de nous sept, les courageux d’un jour pour avoir bravé la météo.
 
 

Et tout ça pour voir des marmottes, pffff !

 

IMGP9517

 

 

A découvrir bientôt, les photos dans la galerie bon oeil !