partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Catégories archivées: Equipement

Nos chaussures de l’achat à aujourd’hui

 

En septembre 2012 je vous présentais notre équipement pour randonner.
Qu’en est-il aujourd’hui, un an aprés ?

 

Etienne et moi avons toujours nos chausures au pied ! Quechua (entre autre) pour ma part, Salomon pour la sienne.
Nous n’avons rencontré aucun problème majeur avec. Nous les utilisons même dans la neige, en guise d’aprés-ski lors de nos journées ski et pour les rando en raquette ! Résistance à l’humidité donc au top du top, enfin presque…

 

Je vous propose un petit tableau pour les Quechua et les Salomon d’Etienne qui récapitule les points essentiels sur lesquels j’ai noté ces deux paires. Des points qui nous sont tous importants.
A savoir, la résistance à l’eau ; le maintien du pied pendant les randos, du 1er jour à aujourd’hui ; la fréquence d’entretien ; la solidité de la paire après plusieurs jours de marche ; le confort et enfin, les petits détails comme des lacets qui auraient pu se casser, des semelles trop vite usées, etc.
 
 

J’ai fait un barème allant de Au Top à Médiocre.  Le voici :

 

barème

 
 
 

Je vais commencer par les Salomons d’Etienne :
 
Pour lire l’article publié suite à l’achat de la paire en 2012, cliquez ici.
 

Salomon Etienne

 

 

Pas de points négatifs les concernants comme vous pouvez le voir.
Chaussures de bonne qualité, semelle interne parfaite qui épouse la forme du pied, confort agréable, résistance à l’eau opérationnelle grace au revêtement gore-tex, pas de soucis niveau détérioration de la paire, le maitien de la cheville est resté bon jusqu’à aujourd’hui, pour preuve cette paire nous a évité plus d’une fois le rapatriement en hélico à cause des chutes d’Etienne, OUF nous avons toujours évité la cheville tordue !, la solidité de la paire reste inchangée, même aprés des conditions méto parfois mauvaises, la neige, la pluie, le vent qui peuvent altérer la rigidité du revêtement de la chaussure.
 
 
 

BILAN : un investissement certes onéreux à l’achat (pas loin de 100 €) mais qui a le mérite de ne pas faire regretter de dépenser autant dans une paire de chaussure. Etienne n’a pas pour l’instant le besoin de changer de paire pour une nouvelle plus performante.
Alors évidemment, cette paire récolte juste un « Bon » en notation pour l’entretien. Tout simplement parce que la paire magique qui se nettoie toute seule n’existe pas encore, mas peut être qu’un jour… Enfin en tout cas, la paire est nettoyée environ toutes les deux à trois rando (cela dépends du temps, sec ou humide), le nettoyage est simple : brossage, petit chiffon humide et une petite couche de soin pour maintenir l’imperméabilité (pas à chaque fois le soin par contre). Donc un « Bon » uniquement parce qu’elle ne se nettoie pas toute seule la vilaine !
 
 
 
 
 

Passons maintenant à ma paire Quechua :
 
Pour lire l’article publié suite à l’achat de la paire en 2012, cliquez .
 

Quechua

 

 

Un seul bon point concernant cette paire.
J’ai été très satisfaite lors de l’achat et des premieres utilisations par le maintien de la cheville. Ce point n’a pas baissé en qualité au fils des mois. Pour la résistance à l’eau, je demeurre un peu déçue par la qualité de cette chaussure. Lors de la dernière rando effectuée  par temps humide, j’ai fini par sentir l’eau pénétrer. Fort heureusement pas dés les premiers pas dans l’herbe mouillée mais au bout de 4 h environs. Le revêtement Novardy imperméable vanté par la marque comme similaire au Gore Tex est donc décevant sur le long terme  (soit un peu plus d’un an d’utilisation). En décrivant cette paire il y a un an, je vous avais aussi fait part de ma perplexité concernant l’adhérence de la paire sur chemin glissant (pluie, cailloux, roches, etc.), mes peurs se sont confirmées au cours des diverses randos effectuées. Tandis que mes compagnons descendaient tranquillement en faisant un peu attention, je devais m’aggriper aux arbres présents pour me maintenir droite et ne pas finir sur les fesses : dommage.
Concernant le confort, je mets un « Assez Bon » mais je pense qu’il suffirait juste de changer la semelle interne pour une de la gamme du dessus et tout serait résolu. La semelle vendue avec la paire est basique et s’affaisse vite sous le poids des pas. Sinon niveau confort,je ne rencontre pas de soucis, je suis très bien dedans.
Et enfin, comme la Salomon, un « Bon » pour le nettoyage pour la même raison que la chaussure autonettoyant est à ce jour inconnue ! Mais pas de complication pour cette paire non plus quand il s’agit de la nettoyer, même fréquence de nettoyage aussi.
 
 
 

BILAN : Eh bien je me suis achetée récemment une nouvelle paire, une Salomon Mid-GTX (en Gore-Tex). Je ne pouvais pas affronter l’hiver sans investir dans une nouvelle paire résistante à l’eau. La Quechua a l’achat était très abordable, c’est une très bonne chaussure de randonnée qui ne m’a pas fait défaut l’hiver dernier (le revêtement Novardy étant encore bon) et m’aura beaucoup servie cet été par temps sec. Malheureusement je ne pense pas la réutiliser pour les randos humides. Mais cette paire me sera d’un très bon reccours l’été je n’en doute pas et je ne compte pas me débarasser d’elle !

 
 
 

 

Voilà pour ce petit bilan concernant nos chaussures. J’espère que cet article aidera bon nombre d’entre vous à bien choisir ses chaussures.
Sur ce, bonnes randonnées, les pieds au sec surtout, c’est important !

 
 
Sans oublier de bien lire l’article suivant pour faire le meilleur choix à l’achat : Trouver LA bonne paire.

Un bon oeil !

Je me sens un peu obligée (à la demande de certains) de faire un article concernant mon équipement photo ; mon 3 ème oeil en quelque sorte !

 

Sans titre
Depuis aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours eu entre les mains un appareil photo… Du jetable dans ma tendre enfance pour les sorties scolaires, au petit argentique basique jusqu’à l’ère des premiers numériques, qui a marqué un tournant dans mon approche de la photo.

 

soleil pendules
En effet, avec le numérique, plus de soucis à se faire concernant l’utilisation de la pellicule, le gaspillage de clichés en cas de flou, de zones sombres, etc. J’ai pu grâce à l’invention des cartes mémoire m’amuser à tester différents réglages sur mes appareils numériques. Facile, si l’on rate, on efface, et on recommence. Pas de mauvaise surprise lors du tirage.

N’étant pas non plus une photographe née, n’ayant pas pris de cours de photos ou autres, je me suis « formée » toute seule. C’est pour cela qu’aujourd’hui je ne m’aventure pas à me prétendre photographe. Je dirais de moi que je suis plutôt quelqu’un qui aime faire de beaux clichés et avoir du bon matériel entre les mains.

Je me suis longtemps amusée à prendre des photos de fleurs, couchés de soleil et détails de la vie courante abstraits. Figer des détails insignifiants et leur donner un sens, rendre beau quelque chose qui ne le serait pas forcément si l’on passait devant sans y prêter attention. Captiver l’intensité d’un ciel rougie par le crépuscule, d’un rayon de soleil qui illumine une fleur, etc.

Ensuite, je me suis plus orientée sur les paysages et ma passion pour la randonnée m’a permis de combiner les deux. J’ai du plaisir aujourd’hui à choisir une randonnée en imaginant tout ce que la Nature a à me montrer, aller m’épuiser pour voir les merveilles qu’Elle nous offre et la remercier de ce cadeau en figeant ce que je vois de peur de voir un jour cela disparaître (à l’allure où va le monde…) ou pire encore que ma mémoire me fasse un jour défaut et n’efface tous ces souvenirs !

 

 

 

J’ai toujours tournée sous Nikon. J’ai commencé avec un Nikon et sans doute par accoutumance et peur de l’inconnu je n’ai jamais souhaité tester autre chose. Cette marque m’a toujours satisfaite et j’avais un très bon revendeur, photographe professionnel, qui m’a été de bon conseils à chaque nouvel achat.

 

Actuellement, j’ai en ma possession un petit bijou de la marque, un compact de la gamme

fleurs

Coolpix, le S9100. Robuste avec un zoom Nikkor x18, je suis comblée par ses performances. Il me convient tellement que je ne souhaite pas en changer ; il se fait vieux certes et si je dois en changer, ce serait pour prendre exactement le même !

 

A côté de ça, Etienne et moi nous sommes offert un… Pentax (pas sur mes conseils vous vous en douterez), le reflex Kr. C’est lui aussi un très bon appareil, qui nous sert énormément lors de nos randonnées. Equipé, à l’achat, d’un objectif 18-55 mm qui ne nous était pas suffisant pour les prises de vue lointaines en randonnées, nous avons investis dans un téléobjectif 55-300 mm ! Impressionnant. Totalement satisfaits de ce petit reflex nous l’emportons à chaque randonnées pour ne rien louper de la Nature !

 

Voilà un article qui donne une bonne explication sur le pourquoi « bon pied bon oeil » de ce blog. Héhé !

 

IMGP7062

 

Photo du Sancy prise cet été au cours de la randonnée Les Cascades (photos de la randonnée dans la galerie « bon oeil »).

 

Note : Toutes les photos de cet article ont été prise avec mes anciens appareils Nikon. Seule celle du Sancy date de 2012, la plus récente, prise avec le Pentax.

Tenues d’hiver

 

Parce qu’il n’y a pas de saison qui nous arrête, il faut bien entendu acheter de quoi être au chaud pour randonner l’hiver, aussi bien sous la pluie que dans la neige ou encore les vents glacés.

 

Evidemment nous pourrions enfiler nos combi de ski pour aller marcher dans la neige mais il faut avouer que ça manquerait de confort. Avec les fêtes de fin d’année qui approchent, c’est donc avec un petit budget que nous sommes allés faire un saut à Décathlon pour nous fournir en polaires et pantalons imperméables.

 

Voici donc un petit tableau listing des tenues que nous avons acheté vendredi dernier chez Décathlon :

 

 

Nous n’avons pas recherché des produits spéciaux, nous sommes allés faire  nos achats avec juste en tête la liste de ce dont nous avions besoin et notre budget max. Nous ne nous sommes pas renseignés avant d’aller à Décathlon et n’avons pas demandé conseils aux vendeurs. Pour être honnête, nous avons pris les premiers prix sans nous prendre la tête et nous sommes satisfaits de nos achats !

 

Notre 1 ère randonnée avec ces vêtements s’est très bien déroulée. Nous n’avons pas attrapé froid pendant la rando ; c’est l’essentiel, c’est tout ce qui nous importait ! Héhé. Nous pouvons aussi dire que les collants polaires sont d’un confort incroyable.. Nous sommes tous les deux d’accord sur le fait que l’on pourrait les porter à la maison pour être dans une tenue douillette ! Bref, très bon investissement, pas cher et efficace..
Si vous avez besoin de vous habiller pour l’hiver avec un petit budget, n’hésitez pas, le confort et la chaleur sont au rendez vous sans soucis avec ces vêtements ! Pas besoin de dépenser des fortunes… Vous ne le regretterez pas ahaha.

 

 

Ses chaussures, homme

Etienne s’est orienté sur une paire de la marque Salomon, le modèle Elios 2 Mid GTX, acheté chez Expé (96 boulevard Lafayette à Clermont-Ferrand), où le vendeur a été très attentif au budget et aux attentes d’Etienne, il a su l’aider à faire le bon choix en lui donnant les bons conseils.

 

Etienne apprécie sur cette paire la solidité de la tige semi-montante qui n’empêche pas pour autant de bouger la cheville. Selon ses dires : « ces chaussures sont de vraies pantoufles ! ». Composées en gore-tex, tissu breveté connu pour son imperméabilité, aucun soucis pour Etienne quand il faut traverser des petits cours d’eau ou encore marcher dans la neige. D’autant plus que lors de l’achat le vendeur nous a précisé que cette paire s’adapte très facilement sur des raquettes.

Cette paire étanche est très facilement lavable avec un coup de brosse souple. Il nous a cependant été conseillé d’investir dans un produit d’entretien des cuirs que nous avons acheté chez Expé en même temps que la paire de chaussure. Sur les conseils, toujours du vendeur, nous avons pris un produit qui imperméabilise, maintient le support et la respirabilité tout en protégeant le cuir, de la marque Nikwax, produit à base d’eau et écologique pour 8.50 €.

Jusqu’à présent Etienne  n’a connu aucun soucis avec cette paire de chaussures.. Quelques glissages certes mais ça, ça vient plus du fait qu’Etienne fait parfois un peu le fou à escalader des rochers et courir un peu partout héhé..

Mes chaussures, femme

Mes chaussures sont de la marques Quechua, chez Décathlon. De couleur marron, modèle Forclaz 500 Lady, à 54.95€.

Elles sont très confortables, semi-montantes et adaptées pour tous les temps, donc imperméables ; ce qui a été un critère de choix important étant donné notre région.

J’ai choisi la couleur marron, par goût, mais il existe aussi un modèle gris.

 

Chez Décathlon, elles sont vendues sous ces critères-ci :

« Conçu pour la RANDONNEE REGULIERE à la journée, sur sentiers, avec dénivelé moyen par tous temps. Imperméabilité et respirabilité. »

J’ai apprécié être renseignée rapidement en une phrase sur l’utilisation de ces chaussures. Cette paire corresponds à ce que je cherchais. Une paire basique, pour une journée entière et qui peut aller dans l’eau. Quand je les ai essayé mon choix s’est confirmé, je me suis tout de suite senti bien dans ces chaussures, la cheville est suffisamment maintenue, sans être compressée, un avantage des semi-montante.

J’ai aussi regardé le poids afin de ne pas subir un effort supplémentaire lors des randonnées. Celles-ci pèsent 940 grammes pour une taille en 39 (qui est ma taille).

 

Je n’ai constaté aucun souci majeur lors de mes premières utilisations sur le terrain avec ces chaussures, aucune ampoule, aucune douleur intenable. Juste une petite douleur le premier jour au niveau du cou-du-pied (zone du dessus du pied),  uniquement au pied gauche, qui devait être dû à un laçage trop serré parce qu’après avoir désserré mon lacet, la douleur a fini par partir.

Cependant, je n’ai pas l’impression que cette paire soit extrêmement adhérente sur les descentes très pentues et terreuses, il faut donc rester prudent quand on entame une descente avec cette paire. La semelle étant en  en TPU (composant artificiel) avec des crampons de 5 mm. Le TPU est un très bon composant en terme de durabilité et  d’amortissement, mais comparé à du caoutchouc naturel, l’adhérence est moindre. Selon le vendeur Décathlon, pour être sûr de ne pas risquer une chute en descente glissante, il vaut mieux s’orienter sur la Forclaz 600 qui offre une meilleure adhérence.

J’ai choisi la Forclaz 500 pour une question de prix (la 600 étant aux alentours de 75€).

 

Pour compléter ma panoplie, j’ai choisi les paires de chaussettes Quechua Forclaz 100 qui permettent une bonne respirabilité durant toute la randonnée. Elles sont suffisamment épaisses, ne serrent pas la cheville et sèches rapidement (avis à ceux qui partent sur plusieurs jours).

Vendues par lot de deux, à 9.95 €