partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Tags archivés: Auvergne

Randonnée à Beauregard-l’Evêque pour la Journée de la Femme.

tableau beauregard

 

Le beau temps s’était installé pour quelques jours
nous avons donc profité hier de ce joli ciel bleu pour aller nous promener du côté Est du Puy de Dôme,
à Beauregard l’Evêque, à la limite des Monts du Livradois-Forez !

 

 

IMGP1794

 

Cette rando n’est pas longue, elle se fait facilement sur une aprés midi (comme nous l’avons fait Etienne et moi), adaptée à tous, petits comme grands randonneurs, et les paysages qu’elle nous permet de voir sont magnifiques !

 

Le départ de la rando se fait au coeur du village de Beauregard-L’Evêque, dans la rue principale. Nous commençons selon les indications Chamina à faire des petits détours agréables dans le village pour retomber sur l’Eglise et la Poste du village avant de sortir du village par le chemin sous le château.  Juste avant de sortir du village nous arrivons sur une petite bute qui offre un joli panorama sur la plaine avec une croix. En voyant ce panorama, l’ancien nom du village « Bellum Regardum » prends tout son sens ; la situation de ce village est exceptionnelle. Chaque habitant peut profiter d’une vue incroyable sur la Chaîne des Puys et les prairies de la plaine en contre-bas.

 

pano beauregard

 

Après quelques clichés nous suivons notre route en descendant dans les chemins boueux de la campagne. Au loin nous apercevons l’ancien Couvent des Minimes (30 minutes AR de détour). Les chemins descendent, nous traversons le ruisseau du Jauron et le domaine de Saint-Pardoux avant de remonter. Là nous avons la possibilité de rejoindre le couvent des Minimes ou de continuer la rando.

Curieux de nature, pour Etienne et moi, il était impossible de passer juste à côté sans faire un effort de 30 minutes pour aller voir cet édifice impressionnant, de plus prés. Malheureusement, le site est interdit aux visites étant du domaine privé, il nous est seulement possible de le longer pour admirer l’extérieur du bâtiment.

 

couvent minimes

 

Nous retournons donc là où nous avions laissé le point 3) de la rando et nous nous dirigeons désormais vers les rives de l’Allier et la Chapelle de Saint-Aventin avec son cimetière.

Là aussi il s’agit de quelques petits détours d’à peine 10 minutes de marche pour aller admirer les rives de l’Allier et monter à la chapelle. Rien de sorcier donc. Et l’effort en vaut la peine !

 

Nous commençons par aller voir la chapelle, toute petite montée pour y arriver. De là haut nous pouvons voir l’Allier passer. Sur la porte de la chapelle (fermée, mais cimetière ouvert), nous pouvons lire un petit historique du lieu. Avec l’Allier à côté, la chapelle de Saint-Aventin assurait le passage des marchandises telles que les poteries de Lezoux. Nous avons aussi les détails des tarifs pour avoir droit à la traversée de l’Allier, la fabrication d’une sapinière : avec 10 sapins de la forêt de la Chaise-Dieu et même la devise des Mariniers :

Si manants sur terre
Seigneurs sur eau
Nous sommes

 

chapelle

 

Après cet instant historique nous redescendons dans nos chemins boueux et tournons à gauche pour rejoindre les rives de l’Allier ! Le courant résonne de plus en plus à notre approche. Nous traversons un petit bout de forêt avant d’arriver enfin aux abords de l’Allier. Le soleil, bas dans le ciel, nous offre une palette de couleur splendide !

 

IMGP1943

 

Nous pouvons suivre le cours de l’Allier pendant quelques mètres en s’aventurant dans la forêt afin de voir le courant se séparer par une bute de terre et finalement beaucoup plus loin se rejoindre.

En passant par la forêt, nous suivons un tout petit chemin étroit et parsemé d’arbres. Les perces-neige ont tapissé le sol de leur pétales blancs et les arbres commencent à faire les beaux avec de timides bourgeons. Le coin est agréablement calme, l’endroit idéal pour faire un pique-nique printanier et un lieu ultra touristique à faire découvrir à des amis de passage dans la région (tout en veillant à toujours respecter la nature !).

 

rives allier

 

Après ce régal oculaire que nous offre l’Allier, nous reprenons notre circuit, l’heure tourne et la nuit va tomber ! Nous retournons dans les bois, pour une petite montée afin de rejoindre le plateau du village de Beauregard-L’Evêque. Nous grimpons uniquement en forêt et en sortant de la forêt nous sommes au sommet, au milieu des champs. Nous passons entre quelques pieds de vignes avant de rentrer dans le village.

Le long des vignes, un spectacle magnifique s’offre à nous. Le soleil est en train de se coucher derrière le Puy de Dôme ! Nous restons un moment à contempler ce couché de soleil à couper le souffle. La chaîne des Puys est magnifiée par ces couleurs oranger-noir, le Puy de Dôme domine, les Auvergnats sont surveillés par notre grand volcan, fierté nationale… Nous étions au bon endroit, à la bonne heure pour admirer ça :

 

IMGP2075

 

Voilà pour le petit résumé de cette jolie rando. Je vous laisse aller admirer encore plus de belles photos dans la Galerie  »Bon Oeil » !

 

La rando complète et détaillée se trouve dans le guide Chamina Le Puy-de-Dôme, rando n°5.

 

Raquettes à Courbange avec Rando63

tableau Courbange

 

 

Profitant de ce superbe weekend ensoleillé nous nous sommes une fois encore joint au groupe « Rando63 » pour une belle rando auvergnate !
En voici le résumé…

 

IMGP1147

 

Après avoir fait un peu (beaucoup, erf) attendre le groupe, Etienne et moi arrivions enfin au point de rendez-vous, le parking du Gîte de Courbange !

A peine arriver sur le parking, déjà le ton de la rando était donné :

 

IMGP1143

 

-          soleil magnifique et ciel bleu

-          panorama à couper le souffle

-          bonne ambiance (comme d’hab)

-          neige, neige et re-neige  (héhé)

 

Le temps de saluer tout le monde et zou nous pouvions (enfin) partir en expédition.

 

 

 

Nous quittons le bitume pour rejoindre les champs. La neige n’est pas épaisse donc nous commençons sans raquette.. On ne s’enfonce pas trop dans la neige parce que les températures jusqu’à ce jour on été assez fraîches, la neige est donc gelée, aucun soucis en chaussures pour marcher.

Nous nous équipons en raquettes avant de commencer à rentrer dans un massif forestier. La neige commence alors à être un peu plus profonde !

 

dans la forêt (2)

 

Au sortir de la forêt nous apercevons les paysages qui étaient cachés ! Montagnes et plaines se dévoilent devant nous. Nous avons traversé plusieurs fois la rivière. En forêt (voir image ci-dessus), en sortant de la forêt, afin de rejoindre la colline qui se dressait devant nous et quelques autres fois en plaine.

 

 

montgolfiere refuge

 

Le paysage en sortant de la forêt, après avoir traversé la rivière et être
arrivés au sommet de la petit colline, était tout bonnement magnifique !

Nous avons même pu admirer une montgolfière devant la chaîne des Puys. Ils devaient avoir une sacrée vue de là-haut les chanceux… Nous pouvions aussi entrevoir au loin les burons que nous convoitions afin de casser la croûte.

Evidemment ces burons étant privés nous ne pensions pas pouvoir y rentrer et déjeuner au chaud, mais juste être protégé du vent (bien que nous n’en avons pas eu). Ca nous donnait aussi et surtout un objectif en fait héhé…

Bref, nous voilà partis en direction du 1 er buron pour déjeuner ! Nos ventres criant famine nous ont aidé à avancer plus vite.

 

pause déj

 

 

Arrivés sur place, nous nous installons chacun à notre aise ! Comme à l’accoutumer, le vin chaud était à l’honneur cette fois encore, histoire de faire un petit apéro avant de commencer à manger.

Nous avons aussi fini le repas avec des friandises (chocolats, madeleines et Mars). Nous sommes gâtés dis donc !!

 

Avec ce soleil agréable, nous avions presque envie de rester assis pour faire bronzette. La bonne humeur était au rendez-vous, les blagues et les anecdotes rigolotes aussi.

Nous avons regarder les autres randonneurs passer devant nous. Nous avons contempler sans nous lasser les montagnes. Toujours sous le regard du Puy de Dôme qui, au loin nous surveillait et nous guidait aussi un peu, notre étoile du berger à nous !

 

Enfin bref, tout les bons moments ont une fin. Il nous fallait reprendre la route. Tout le monde range tout, on rechausse les raquettes et on repart les ventres pleins et lourds !

 

 

Direction le second buron. Pas pour y faire un deuxième repas ahaha, non non, juste pour le voir et aussi (et surtout) parce qu’il est sur notre route.

Pour ce faire nous traversons la plaine et nous passons pas dessus les barbelés des champs (la neige étant si haute). Nous profitons toujours de ce magnifique panorama à 360°, de tous les côtés nous sommes cernés de montagnes, quelles soient enneigées ou non. Une beauté incroyable cette région !!!!

 

IMGP1296

 

Ce second buron étant un peu plus haut en altitude nous permet de contempler un peu mieux les villages lointains et d’apercevoir même le parking où nous sommes garés ! Nous repérons aussi facilement le Puy de l’Angle et le Col de la Croix Morand (que l’on découvre mieux en faisant la randonnée des cascades).

Nous ne nous attardons pas à ce second buron, juste deux minutes le temps de profiter du paysage, d’identifier les montagnes et puys face à nous, de prendre quelques photos, d’enlever des couches de vêtements qui nous tiennent trop chauds, etc.

Nous repartons en direction du parking. Evidemment nous avons un peu montés donc il fallait s’attendre à une descente à un moment donné ! Quelle joie pour les grands enfants du groupe qui ne se sont pas fait prier pour se mettre sur les fesses et descendre en glissant ahahaha (petit souvenir de notre rando en raquettes au Mont Dore)… Etienne s’y est une fois encore prêté à coeur joie !

 

descente

 

Après ce petit instant de détente, nous continuons de descendre progressivement. Nous faisons un petit arrêt auprès d’une très jolie et discrète petite cascade… Petite pause très agréable pour tout le monde.

 

cascade

 

Suite à cela nous continuons notre route et nous arrivons rapidement à notre point de départ !

Les voitures nous attendent, les montagnes qui nous ont accueillis ce matin n’ont pas bougé, sur le parking un peu de neige a fondu, nous quittons nos raquettes définitivement pour la journée.

Petit bilan tous ensemble de cette journée, tous contents de ce temps magnifique !

Rendez vous pris pour la prochaine rando tous ensemble en mars. Pour l’heure, je vous laisse aller admirer plus de clichés de cette rando dans la galerie « bon oeil » ici !

 

La fontaine salée en raquettes, avec rando 63.

SAM_0478

 

Le 20 janvier dernier nous retentions l’aventure en raquettes avec le groupe rando63 ! Voici un petit résumé de cette rando, sous un ciel très gris et beauoup de brouillard. Brrr..

 

Le rendez-vous était donné le matin à la station de ski de Chastreix-Sancy. La neige était au rendez-vous pour notre grand bonheur ! Une fois tout le monde réunis nous voilà partis, raquettes aux pieds, bâtons dans les mains et les têtes enfouies dans les bonnets, prêt à se régaler pour cette petite expédition de plus ou moins 4 h.

 

topo chastreix

 

A cause du mauvais temps nous n’avons pas vraiment suivi le circuit prévu. Nous sommes directement allés en direction du Refuge de Merdençon dans l’optique d’y déjeuner au chaud (quelques infos ici concernant ce refuge à accès gratuit toute l’année).

Après avoir traversé la forêt de la Montagne du Mont, nous arrivons dans la Vallée de la Fontaine Salée ! Le brouillard nous a accueilli à bras ouvert, le coquin. Nous étions dans l’obligation de faire une halte, de sortir carte et boussole (petit cours de lecture d’une carte avec boussole donné par Thierry au passage héhé) afin de nous repérer et de tenter de trouver le refuge. Impossible de repérer quoique ce soit autrement.

Malheureusement, c’est à ce moment là que nous sommes tombés sur un autre groupe de randonneurs qui allaient aussi en direction du refuge pour déjeuner ! Nous avons donc laissé l’honneur à l’autre groupe en décidant nous, d’aller déjeuner à l’abri sous les bois.

 

chastreix carte

 

Nous voilà donc installés pour faire ripaille… Avant tout apéro héhé… Sylvie nous avait encore gâté (petits gâteaux maison à la dernière rando)  en nous offrant cette fois-ci du vin chaud maison ! Hum, ce fut un régal, ça nous a bien réchauffé, il était bien épicé, bref, ce petit vin a été apprécié de tous avec ce temps plutôt glacial !

 

Après avoir bien rempli nos ventres et réchauffés nos gorges, nous revoilà partis en direction de notre objectif, le refuge tant attendu ! Nous ressortons donc de la forêt, et partons en suivant la boussole afin de ne pas nous perdre. Quelques pas plus tard, nous commencions à distinguer un toit dans le brouillard ; nous étions dans la bonne direction. Nous allions pouvoir enfin nous réchauffer un peu auprès d’un bon feu !

 

SAM_0490

 

Hélas, le sort s’acharne sur nous, 2 groupes étaient déjà sur les lieux (celui que nous avions croisé auparavant et un autre). Une fois de plus nous avons fait chemin arrière en se promettant de revenir en été. Il faut savoir que le weekend du 19 au 20 janvier était le grand weekend des sports d’hiver dans le Puy-de-Dôme. Le ski de fond, le ski et les raquettes étaient à l’honneur ce weekend pour l’occasion. C’est pourquoi il y avait autant de groupe sur les « routes ».

Quoiqu’il en soit, ce n’est pas ça qui nous arrête, nous continuons donc notre route !

 

forêt raquettes

 

Bref retour en forêt avant de ressortir et de marcher en plein vent pour rejoindre finalement les voitures, après être passé par la Morangie, Ménial, la Masse, les Lades, les sources de la Franchette, Pedaire puis Pierre de l’aigle.

 

Au final, même sans avoir suivi le circuit initial nous avons marché un bon moment, retour aux voitures vers 16  h. Arrivés au parking, nous avions envie de nous retrouver au chaud autour d’un bon chocolat. Nous décidions donc de nous suivre tous en voiture en quête d’un bar ouvert en plein dimanche après-midi. Mais encore une fois nous n’avons pas eu de chance. Après avoir roulés quelques bons kilomètres nous nous sommes finalement dit au revoir et chacun est rentré chez soi. Le verre aussi ce sera pour une prochaine fois.

 

fin rando

 

Pour conclure sur cette rando, les mots « brouillard », « grand froid » et « bonne humeur » me semble les plus adaptés…

Encore une bonne randonnée dans la neige comme on les aime que je vous conseille. Surtout par beau temps afin de profiter de la vue sur les Massifs du Sancy (que nous n’avons pas pu voir nous).

 

Pour l’heure, je vous laisse jeter un oeil dans la Galerie « Bon oeil » pour voir les quelques photos prises lors de cette rando (pas beaucoup de clichés à cause du froid qui fait mal aux doigts si on sort l’appareil, erf)..

Petite sortie en raquettes au Mont-Dore

IMGP9729

 

Je vous propose aujourd’hui de profiter de la neige pour aller faire un tour de raquettes au Puy de Sancy.

 

A quatre (entre cousins) nous sommes partis à l’aventure pour le dernier dimanche de 2012, chaussés de nos raquettes et motivés pour cette journée ensoleillée. Nous sommes effectivement partis de Clermont sous un beau ciel bleu, convaincus qu’en montagne le ciel serait encore plus dégagé qu’en plaine. Nous pensions donc passer une belle journée à la montagne avec une vue dégagée et un petit soleil qui réchauffe.  Malheureusement arrivés là-haut, d’une part la neige se faisait rare, au départ des randos en raquettes à la stations des Cappucins, un peu avant les pistes de ski du Mont-Dore, et le ciel était blanc-gris de nuages. Difficile de percevoir le soleil bien que quelques petits bouts de ciel bleu laissaient espérer une météo meilleure pour l’aprem. Bref.. Du fait du peu de neige aux Cappucins, nous avons décidé de rebrousser chemin et sommes allés au pied des pistes du Sancy, avec pour objectif de prendre le téléphérique pour monter en haut des crêtes et marcher sur les sommets !!

 

Sommets Sancy

 

Arrivés à la billeterie du téléphérique nous apprenons que les raquettes sont interdites aux sommets des pistes ! Ô joie……… On nous indique alors deux options :

 

  • la station des Cappucins, d’où nous venons
  • une ancienne piste de ski au Mont-Dore dédiée aujourd’hui aux sports ludiques (luge et raquettes).

 

Nous marchons donc jusqu’à cette dernière, située tout au bout du parking du Mont-Dore, sur la droite. La piste est immanquable grâce à son florilège de luges et de cris d’enfants qui s’amusent… Il faut monter un peu pour être « tranquilles » loin de ce chahut.

Etant en raquettes nous sommes partis sur l’idée que la montagne est à tout le monde donc que nous pouvions finalement aller où nous le souhaitions.. C’est pourquoi nous avons décidé de monter au sommet par nos propres moyens, c’est à dire à pied (enfin en raquettes) via cette fameuse piste de ski inutilisée aujourd’hui.. Toujours motivés malgré la météo ignoble !

 

IMGP9760

 

Nous montons, nous montons, mais force est de constater qu’en raquettes le rythme est beaucoup moins rapide ! Nous faisions à peine 5 minutes de marche et une pause ! Essouflés par la montée et le manque d’entraînement en raquette… La faim commence en plus à se faire ressentir sur les coups de 12 h 30.. Nous décidons donc de monter plus haut pour atteindre du plat afin de faire une pause déj’ avant d’attaquer le plus dur, histoire de reprendre des forces ! Mais c’était sans compter cette météo capricieuse… Au fur et à mesure que nous montions pour atteindre le plat, la vent se faisait de plus en plus fort, la pluie s’est transformée en neige et le brouillard est tombé d’un coup ! Nous arrivons enfin sur du plat, au niveau de l’arrivée de l’ancien télésiège de la piste. C’est ici que nous décidons de faire ripaille. Plus ou moins à l’abri du vent et des chutes de neige sous l’ancienne cabane  de surveillance des télésièges. Avec une jolie vue sur la piste que nous venons de monter.

 

haut piste dej

L’ancienne piste de ski et ses anciens télésièges

Durant la pause déjeuner nous nous sommes bien rafraîchi puis le temps ne s’est pas arrangé !

Et en voyant la montée qui nous attendait très abrupte et non « balisée » ; la piste de ski s’arrêtant là, le reste du chemin était du « hors piste » pour atteindre le sommet, nous nous sommes de ce fait un peu démotivés.

 

Après tout nous voulions monter au sommet pour deux raisons essentielles :

 

- Profiter des paysages enneigés

- Marcher en raquettes

 

Ayant marcher en raquettes pour venir jusque là, nous pouvions nous passer d’atteindre le sommet pour faire cela. Quant à profiter des paysages, le temps a malheureusement fini par nous convaincre de rebrousser chemin. Nous serions arrivés là haut fatigués et nous n’aurions pas pu profiter de quoique ce soit niveau panorama, si ce n’est de la beauté blanche du ciel qui se confond dans la neige. Erf !

 

C’est donc à contre-coeur que nous avons abandonné notre objectif premier avec pour plan B de quoi nous redonner le moral sous ce brouillard et les tombées de neige incessantes.

Rappelons nous que nous sommes à la base sur une ancienne piste de ski qui sert désormais d’espace ludique pour les luges. C’est tout naturellement que nous avons pensé à :

 

La Descente en Luge !!!

 

Evidemment nous n’étions pas  équipés en luge et nous n’avions pas non plus le sac à main de Marie Poppins duquel serait sorti des luges flambants neuves n’attendant que nos fesses pour les étrenner. Non, évidement ahaha. Mais ayant prévu avant de partir des grands sacs (du type réutilisable que l’on achète à la caisse de tout supermarchés) pour nous isoler de la neige afin de déjeuner assis par terre (nous n’avons pas encore investi dans une bâche isolante), nous avions avec ces sacs des luges « précaires » mais idéales pour un moment de franche marrade et une descente accélérée de la piste.

 

Etant les seuls si haut de la piste, nous avons joui de tout l’espace uniquement pour nous… Les raquettes à la main ou les pieds en l’air pour glisser plus vite,  nous sommes redescendus beaucoup plus vite que pour monter et nous nous sommes bien amusés !

 

IMGP9789

 

Pour conclure : si l’on souhaite faire une randonnée en raquettes au Mont-Dore (ou même ailleurs en fait) il faut s’armer de courage pour monter au sommet. Surtout si l’on est pas trop habitué à marcher en raquette, l’effort est beaucoup plus intense qu’à pied.

 

Si l’on part sans vraiment se fixer d’objectif, un peu comme nous au final, c’est à dire sans avoir tracé un circuit à l’avance ; partir pépère en se disant juste que l’on vient passer un bon moment alors là, on se régale ! Enfin encore faut-il avoir un temps plus agréable que celui que nous avons eu ce dimanche.. Grrrrrrrrrr !

 

Je vous conseille donc vivement de tenter les raquettes. D’autant plus si vous apprécié l’esprit montagne, neige, c’est un délice !

 

Nous voilà tout les 4 en fin de rando, en forme héhé

Nous voilà tout les 4 en fin de rando, en forme héhé

 

Etienne et moi retentons sans doute très prochainement l’expérience raquettes avec le groupe Rando63, ce qui donnera donc naissance à un article un peu plus professionnel que celui-ci, dans le courant du mois de janvier.

 
En attendant, je vous invite à aller admirer les quelques photos dans La galerie « bon oeil ».
 

 

Rando de Noël avec « Rando63  » à Le Bouchet


 

Ce dimanche 16 décembre nous avons tenté l’aventure en groupe pour la première fois ! Et sans regret.. Si ce n’est de ne pas avoir tenté plus tôt….

 

C’est en cherchant sur Internet des itinéraires pour faire des raquettes que je suis tombée sur le site de « Rando63″. Association-club Auvergnat qui organise des randos en groupe tous les mois. Et ce mois-ci la rando se faisait… en raquettes !!! Ni une ni deux je nous inscris à la rando du 16 décembre dans l’optique d’apprendre à chausser des raquettes et d’apprendre à maîtriser ces engins.
Malheureusement la pluie, en deux jours, avait chassé la neige présente sur les montagnes, c’est donc sans raquette que la rando s’est déroulée. Mais l’absence de neige n’a en rien enlevé son charme à cette rando. Les randonneurs de Rando 63 ont été d’un accueil chaleureux et l’ambiance a été excellente ! C’est avec plaisir que nous les rejoindrons pour les prochaines randonnées organisées.
 

 
L’objectif du club n’est pas de suivre un itinéraire fixe. Les organisateurs, tous les deux formés par la FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre) pour animer des groupes de randonnée, maîtrisent la lecture des cartes, l’utilisation des boussoles, etc. c’est pourquoi pour cette rando je ne vous proposerais pas de télécharger un lien PDF pour avoir les explications détaillées du circuit puisqu’il n’y en a tout simplement pas héhé.

Le départ se fait au lieu-dit Le Bouchet, à côté du village Le Vauriat, non loin de St. Ours-les-Roches, à un peu moins de 40 minutes de Clermont. C’est bien couverts en bonnets, gants, etc. que nous avions rendez vous tôt le matin ! La pluie était elle aussi au rendez vous, grrrr… Mais, une chance pour nous, à peine étions nous en route sur les sentiers que la pluie cessait pour laisser la place au vent qui a vite chassé les méchants nuages nous permettant d’admirer les beaux paysages et d’avoir un peu de ciel bleu. Sur les chemins, nous avons eu quelques restes de neige. Ce qui nous a fait, à tous il me semble, bien plaisir !
 

 
Nous avons marché une bonne heure avant d’arriver au pied du Puy Chopine (qui est « accroché » au Puy des Gouttes). Son ascension étant au programme, nous avons fait avant de commencer à grimper une pause « petits gâteaux, » apporter par une des randonneuse du groupe, histoire de nous donner la force de gravir le Puy qui se dressait fier devant nous ! Et c’est parti nous voilà…!

Avant d’arriver au sommet, nous sommes passés voir la Fontaine des Pères, dans un champs.. Les bacs n’étaient malheureusement pas tous remplis, nous n’avons donc pas pu profiter pleinement du terme « fontaine » ; de toutes façons, les quelques bacs remplis étaient gelés….
 

La Fontaine des Pères, panneau avec le Puy Chopine derrière et sentiers pour gravir le Puy Chopine

 

Monter au sommet du puy a été le passage qui a demandé le plus d’effort au cours de cette rando.. Mais rien d’insurmontable ! Le groupe avance à son rythme et on peut prendre le temps de s’arrêter pour se retourner et admirer la chaîne des Puys qui se dresse derrière nous au fur et à mesure que l’on monte ! Le Puy de Côme est resté la tête dans les nuages mais ses amis le Grand et le Petit Suchet se sont bien montrés..
 

Panorama sur le Puy-de-Côme à mi-chemin de la montée au Puy-Chopine

 

Arrivés au sommet du Puy Chopine c’est le vent qui nous a accueilli… Un vent frais et vif. C’est donc sans trop nous attarder que nous sommes descendu par l’autre côté du puy, direction l’Ouest. Une descente qui sur la fin c’est faite au feeling, d’où le côté un peu dangereux sur sols glissants… Heureusement que nous avions moult branches de sapin pour nous retenir et ne pas tomber.

Arriver du côté Ouest du Puy nous nous retrouvons dans une petite clairière entre les deux puys ; le Puys des Gouttes que la lave a creusé et le Puy Chopine.

Nous continuons notre rando sur sol plat, pas de montées, quelques légères descentes et pas mal de neige aussi..

Vers 12 h 30 – 13 h l’appel du ventre a été plus fort que nos jambes et nous étions obligés de nous arrêter pour casser la croûte.. C’est au milieu des bois que nous avons couché nos bâches et sortis nos victuailles.
 

 

Etre assis nous a un peu refroidi, nous sommes donc vite reparti de bon pied, sur les chapeaux de roue pour nous réchauffer !

Et la prochaine étape était le Puy de la Coquille, le point culminant de la rando, à 1 152 m d’altitude. Monter au sommet ne demande pas d’effort particulier, la montée n’est pas rude, elle se fait sur un long dénivelé du coup on ne se rends pas compte que l’on monte autant.. Le petit plus de le montée est que celle-ci se fait surtout en forêt et quoi de plus agréable en sortant de la forêt en arrivant au sommet que de découvrir le paysage qui s’offre à nous…..!! Je vous laisse admirer la beauté de cette chaîne des Puys…
 

 

Après avoir admirer ce paysage qui nous laisse sans voix, nous sommes redescendus pour la dernière fois de la journée, pour arriver dans les bois de Mauzac. Ensuite en sortant des bois, nous retrouvons des chemins et non plus nos petits sentiers, avant de retrouver sur la fin de la journée le goudron de la civilisation et de traverser les villages voisins. Et enfin de revenir à notre point de départ, Le Bouchet où la pluie nous attendait..

 
 
 
 
Bon oeil sur La galerie photo