partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Tags archivés: Bivouac

Bivouac au Puy de Jume.

 

C’est avec un peu de retard que je viens vous partager notre dernier bivouac du mois de juin au coeur des volcans ! Magnifique rando, magnifique week-end sous un soleil chaud. Et toujours en compagnie de nos amis de Rando63.
 

 
Tableau rando bivouac volcan
 

Nous sommes partis du petit accotement proche de la fontaine des pères au pied du Puy de Jume direction le Puy de Fraisse. Le soleil était avec nous pour ce début de matinée. Nous sommes restés sur le chemin jusqu’au pied du Puy de Fraisse quand là notre guide nous annonce que l’on va monter au sommet du puy par la forêt. Pas de sentier réellement délimité pour faire cette ascension. Courage ! Peu de chutes au final durant cette montée périlleuse mais malheureusement le sommet du Puy de Fraisse n’est pas le lieu que je vous recommande si vous souhaitez un panorama.
 
Nous sommes arrivés là haut et avons découvert un petit rond de verdure entouré de sapins, l’herbe était très haute, envahie sans doute de tiques à cette saison. Le lieu est agréable mais nous ne nous y sommes pas attardés à cause des moustiques et moucherons qui voletaient dans cette zone fraîche et ombragée et surtout parce qu’il n’y avait aucune visibilité sur la chaîne des puys.
C’était sympa cette petite mise en patte mais pas exceptionnel une fois là haut. Alors nous redescendons prudemment dans la forêt abrupte du volcan.
 
 
bp

 
Une fois au bas du Puy de Jume nous restons dans la forêt pour aller jusqu’au Puy de Cliersou.
Il annonce tout de suite la couleur : ça va être costaud ! Le volcan est dégagé, pas d’arbre pour nous cachere ce qui nous attends, on voit tout de suite très bien la montée qui se dresse fièrement devant nous, comme un défi.
 
Au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude en gravissant le Puy de Cliersou, le paysage derrière nous change, les Puys de Côme, de Pariou, de Dôme et d’autres encore se dévoilent lentement les uns derrière les autres. C’est le moment de réviser nos volcans !
 
bo
 
Plus on monte et plus on a envie d’arriver vite vite vite au sommet du volcan et de pouvoir admirer le panorama qui s’annonce grandiose : un 360° sur la chaîne des puys et notre bout d’Auvergne ! Si vous montez le Puy de Cliersou vous ne pourrez pas passer à côté de ses grottes dans la roche du volcan. Certains racontent que les gaulois ont utilisé la roche du Cliersou pour construire le temple de Mercure au sommet du Puy de Dôme. Vrai ou non les grottes sont incontournables lors de votre montée.
 
Là haut vous aurez le souffle coupé de la beauté de ce que vous verrez. Le sommet est relativement plat, comme un plateau et nous étions les seuls au sommet (qui est relativement grand donc même à plusieurs on ne serait pas marché dessus). Nous étions tellement ébahis (et peut être aussi un peu crevés par la montée) que nous sommes restés assis quelques instant devant la chaîne des puys après avoir fait le tour (pas complet car trop vaste) du plateau au sommet.
 
bon
 
Après cet instant de répis et alors que nous faisons face au Puy du Grand Suchet nous partons en sa direction. On fera un petite pause déj en cours de route en sortant d’un petit passage en forêt entre le Puy de Cliersou et le Puy du Grand Suchet.

 
L’herbe n’avait encore desséchée par la canicule qui arrivera en juillet, le ciel était bleu, peu de randonneurs étaient sur les sentiers, nous avions une sensation de plénitude autour de nous. Nous étions seuls au milieu des volcans : au paradis des auvergnats, sur nos terres, nos volcans.
 
 
IMGP5570
 
Là aussi, plus on gravissait le volcan plus le paysage changeait. On pouvait apercevoir désormais « l’envers » du décor ; le Puy de Fraisse était maintenant dans notre vision, nous avons pu admirer les grottes sur son flanc de loin. Nous avons pu voir le panoramique des Dômes acheminer ses passagers jusqu’au sommet du Puy de Dôme, envier les parapentistes décoller du sommet du Puy de Dôme.
Une fois n’est pas coutume, au sommet du Puy du Grand Suchet, nous nous sommes encore assis et avons contempler ce qui s’offrait à nous ce beau samedi de juin.
 
Les mouches ont fini par nous chasser. Ca pique ces bestioles, nous sommes redescendus avec notre dernier objectif de la journée en ligne de mire : le Puy de Côme !
 
 
pie
 

Après un petit passage dans la forêt nous voilà au pied du Puy de Côme. Ascension relativement aisée aprés nos entraînement intensifs du jour. Au sommet, face au cratère béant du volcan on est admiratif devant Dame Nature qui reprends se droits. Arbres, herbes et fleurs, tout le monde semble avoir trouvé sa place dans ce cratère.
Nous avons fait le tour du cratère en prenant le temps de nous arrêter pour regarder le panorama.
 
Sur les photos j’ai essayé d’avoir le cratère en entier mais sa taille le rend impossible à photographier dans sa totalité. Il faut faire travailler son imagination sur ces deux petits clichés ci-dessous.
 
com
 

Après toutes ces ascensions nous revoilà en direction du Puy de Jume pour aller planter les tantes dans les bois et place à la convivialité et aux bonnes choses à manger pour passer une bonne nuit. Le lendemain, debout à 5 h pour aller au sommet du Puy des Gouttes admirer le levé de soleil.
 
C’est donc à la frontale que l’on se lève et que l’on se dirige dans la forêt du volcan des Gouttes, au milieu des moutons encore endormis et d’une mer de nuage, pour arriver avant le soleil là haut. Manque de chance le volcan n’est pas dégagé du côté Est donc nous ne verrons pas le levé de soleil directement mais plutôt ses jolies couleurs orangers/roses qu’il peut nous offrir, posées sur la chaîne des Puys. Nous aurons aussi la chance de voir deux montgolfières décoller, ça a été un très joli moment paisible, silencieux, embué et moutonneux ah ah.
 
 
levé de soleil
 
 
Après ce beau moment nous sommes redescendu petit déjeuner avant d’attaquer le reste du week-end. Certains sont rentrés chez eux (comme Etienne et moi), d’autres ont continué le week-end en randonnant pour aller faire un tour du côté des Puys de la Coquille et de Jume.
 
 

Ce fut en tout cas un merveilleux week-end coupé du monde, entourés de grandeurs et de beautés !

 
 
Si vous n’avez pas le courage de faire les quatre volcans sur une journée où que vous souhaitez en faire au moins un, je vous conseille vivement de faire en priorité le Puy de Cliersou. Peu connu et pourtant si beau, si vaste et au panorama si riche, vous ne serez pas déçu une fois là haut.
 
 
IMGP5734
 
 
Photos à venir dans la galerie photos.