partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Tags archivés: Chaîne des Puys

Le Puy de Baladou, Saulzet-le-Froid

Tableau baladou

 

 

Petit résumé d’une très chouette rando avec nos deux amis, faite le 22 septembre dernier au Puy de Baladou, au départ de Mareuge à côté de Saulzet-le-Froid. On pourra dire que cette rando parfaite est tombée à pic pour l’un des plus beaux dimanche de septembre ! Nous nous sommes régalés avec ce soleil chaud à admirer les arbres et les champs commencer à revêtir leurs tenues d’automne.

 

Le départ de la rando se fait hors du village de Mareuge, le parking du départ fut un peu compliqué à trouver d’autant plus que le village était bloqué à toute voiture pour cause de travaux. Nous avons, du coup, perdu pas mal de temps à trouver le dît parking pour nous garer ! Une fois garé, c’est simple, le balissage vert devient notre guide !

 

Nous commençons la rando en montant  un chemin à travers les champs, hors du village, en direction de la Croix-Grande, face au Sancy.
La chaîne des puys au loin fait la fière, le soleil commence à monter dans le ciel, les nuages s’estompent peu àpeu, poussés par la petite bise matinale. Bref, la journée qui démarre promet d’être idéale !

Nous arrivons au carrefour de la Croix-Grande après une petite heure de marche. Et là, sans que l’on s’en apperçoive, un lièvre fonce dans notre direction ; nous avons à peine le temps de réaliser ce qu’il se passe que deux chiens arrivent aussi en le poursuivant. La course poursuite nous est passée devant pour continuer sur d’autres chemins. Le lièvre en est sorti vivant, les chiens rentrés bredouilles auprès de leur maîtres. OUF ! Sans doute que le lièvre s’en est sorti grace à nos encouragements : « Court Lapin ! Court ! ».
Plus de peur que de mal. C’est dommage, l’action a été d’une telle rapidité que nous n’avons pas eu le temps de prendre des photos de cette scène. Heureusement, la Croix-Grande, elle, n’a pas entreprie de chasser le lapin et nous avons du coup pu la prendre en photo héhé.

 

croix-grande

 

Après la Croix-Grande et quelques kilomètres encore sur le chemin, nous passons par le village calme de Pessade, pour en ressortir très vite, après le Bar Resto face à l’abreuvoir. Bref passage dans le bois de Pessade avant de retourner dans les chemins et nous finissons par franchir une barrière pour rentrer enfin sur les sentiers (communs avec ceux du GR sur quelques kilomètres), et je devrais même dire dans les champs des vaches… Nous ne sommes plus chez nous mais bel et bien chez elles alors nous passons en nous faisant discrets !

Nous contemplons aussi le panorama évidemment : Clermont et ses alentours étaient dans les nuages du matin, joli à voir comme spectacle !

 

Nous nous dirigeons vers le Puy de la Vedrine à 1 311 mètres. Pour l’info, c’est le seul moment de la rando où le dénivelé demande un tout petit peu d’effort (mais vraiment pas trop  hein !). A mi-chemin pour monter au Puy, arrêt obligatoire  pour faire des photos du panorama sur le Puy-de-Dôme. Photos de groupe et photos de couple y vont bon train. Avec un si beau fond ça serait dommage de ne pas en profiter.

Après cela, hop hop hop on continu de monter et nous retrouvons les vaches ; veaux et taureaux étaient eux aussi de la partie cette fois. Nous passons à côté toujours discrétement mais tellement prés que nous en profitons pour faire quelques clichés familiales. Sans trop énerver « papa taureau ».
Puis nous continuons notre route sur l’autre versant du Puy, face au Sancy et au Puy de Baladou.

 

montée puy vedrine

 

 

Nous montons encore, mais tout doucement, sans vraiment faire d’effort, en pente douce. Sur la route nous nous délectons des myrtilles, présentes par milliers sur les côtés du sentier. Et nous faisons aussi quelques accros par la forêt dans l’espoir de trouver des cèpes (sans succés).  Les myrtilles sont un régal, tant pis pour les cèpes.
Après quelques derniers kilomètres vers le massif du Sancy, voilà que 12 h 30 sonne et que nos ventres demandent ripaille. Nous nous arrêtons donc sur un bas côté, à l’entrée du bois de Saignes dans lequel nous allions passer l’après midi à marcher.

 

De là où nous étions pour déjeuner, le Massif du Sancy nous attirait… Cette rando n’aurait pas été si longue (et nous en étions même pas à la moitié), je crois bien que nous aurions tenté d’aller plus prés, voire d’y monter encore. Le sentier qui serpente la montagne était à notre vue et le fouler me démangeait personnellement ! Ce sera pour une prochaine fois sans faute.

 

Après manger, il fallait se remettre en route. La forêt nous attendait à bras ouverts, ou plutôt « branches ouvertes ». Nous rentrons dans sa maison jusquà la fin de la rando.  C’est dans la forêt que nous traversons la Monne. C’est dans cette forêt aussi que nous avons chercher en vain des cèpes. Dans cette forêt aussi que nous avons fait notre pause goûter vers 16 h.

Enfin nous finissons les derniers kilomètres de la rando en… descente évidemment ! Il fallait bien redescendre à un moment tout ce que nous avions grimpé dans la journée. Descente plus ou moins dengereuse puisqu’elle se fait sur cailloux donc assez glissante. Nous avons d’ailleurs fait quelques clichés assez rigolo de nous en train de descendre en essayant de ne pas nous casser la figure ah ah.
Nous rejoignons le village en sortant de la forêt, nous retraversons la Monne sur un pont et retrouvons la voiture sur son parking secret..

 

Le Puy de Baladou nous fait un signe d’au revoir à l’horizon alors que nous remontons dans la voiture.

 

forêt
Une très belle rando à faire sur la journée, adaptée aux plus jeunes et aux moins entraînés ! Je vous la conseille vivement pour l’été prochain…

 

N’hésitez pas à aller regarder les photos de cette rando. Toujours dans la Galerie « Bon Oeil » !

 

Randonnée au Puy de Saint Sandoux

tableau saint sandoux

 

Le 2 juin dernier nous sommes allés Etienne et moi faire une petite randonnée pour l’aprés midi…
Le beau temps commence à revenir mais n’est jamais certain d’un jour à l’autre donc nous n’avons pas pris le risque de nous lever tôt afin de voir si le temps se prêtait à une rando.

 

C’est non loin de Clermont que nous avons choisi d’aller fouler les sentiers. A côté de Plauzat, à Saint Sandoux, à même pas 30 minutes de Clermont.
La randonnée débute sur la place du Fort, au coeur du village. Place qui doit son nom aux vestiges du vieux fort dont il ne reste que la tour. Nous montons dans le village au travers des ruelles et maisons jusqu’à arriver dans les petits chemins qui mènent aux champs.

 

IMGP5998

 

Une fois quitté le village nous sommes en immersion totale dans la nature. Cette saison nous offre ses plus belles fleurs de toutes les couleurs, le blé danse au gré du vent nous offrant des nuances de vert or et vert sombre en ondulant, les arbres sont d’un vert éclatant, le colza nous rempli le nez de son odeur très prononcé, les pommiers commencent à nous narguer avec leur futurs fruits ; il n’y a pas plus belle saison pour randonner et apprécier le printemps après l’hiver long et neigeux que nous avons eu cette année !

 

Au loin, en sortant du village de St Sandou, nous pouvons admirer le Puy de Dôme et un peu plus loin dans la randonnée, vers Ludesse, c’est les puys de Sancy qui nous feront un petit coucou rapide avec leur dernières neiges.

 

PDD et Sancy

 

Cette randonnée est à double tranchant ; d’un côté nous sommes dans la campagne et les champs de l’autre nous avons de nombreux passages sur le goudron !
Heureusement nous sommes quand même plus souvent dans les sentiers. Mais malheureusement aussi, cette randonnée bien qu’elle nous fasse découvrir les vergers de Ludesse et St Sandou, ne nous fait pas passer à côté des dîts vergers. Nous ne pouvons donc pas vraiment admirer le travail des pomiculteurs de la région.

 

** Note Historique : L’Auvergne fut l’une des premières régions productrices de pommes en France. Les coteaux de la région étaient jusqu’au 19 ème siècle couverts de vignes et de vergers. Désormais, 33 variètés de pommes poussent à Saint Sandoux ; les vergers, par soucis d’écologie, sont isolés des chemins par une haie entomofaune (ayant pour but d’acceuillir les insectes).**

 

fleurs saint sandoux

 

Après un passage sur le goudron, nous atteignons la ferme de Pressat (attention aux chiens !!!). Juste avant la ferme, le sentier monte jusqu’au plateau. Le sentier devient étroit et bordé de ronces, prudence donc si vous êtes en short, nous y avons un peu souffert nous même mais ça vaut le coup de souffrir.
Arrivés sur la plateau, le panorama nous laisse sans voix ! Nous passons à droite de la manche à air indicateur de vent pour les départ en déltaplane (le Puy de Saint Sandoux est le deuxième site le plus fréquenté du département pour ses départs en deltaplane et parapente).

 

Le sentier sur le plateau du puy nous amène à une croix restaurée, de laquelle une superbe vue sur le village de Saint Sandoux avec la chaîne des puys derrière nous est offerte ! Un régal pour les yeux. Mais attention toutefois au vent qui est très fort là haut… Le plateau du Puy est a priori accessible en voiture puisque nous avons rencontré pas mal de gens au sommet et vu beaucoup de voitures monter quand nous commencions la descente.

 

plateau puy saint sandoux

 

La descente se fait sur goudron jusqu’à rejoindre un petit sentier, de nouveau étroit, dans la forêt de laquelle nous ressortons par le « chemin du puy » dans le village de Saint Sandoux. Et enfin nous rejoingnons l’église au centre du village avant de retrouver la place du fort et la voiture.

 

descente st sandoux

 

Par ce beau dimanche, cette randonnée nous a fait du bien ! Je vous la conseille sur une aprem ensolleillée ou légérement nuageuse, mais je pense que par vent froid, le plateau du puy doit être un supplice à cause du vent.

 

Je vous invite à aller regarder les photos dans la galerie Bon Oeil pour avoir une meilleure vue sur tout ce que vous pourrez admirer lors de cette randonnée en cliquant ici.

 

IMGP6205

Vue sur la chaîne des puys et notre fier Puy de Dôme du haut du Puy de Saint Sandoux.

Randonnée à Beauregard-l’Evêque pour la Journée de la Femme.

tableau beauregard

 

Le beau temps s’était installé pour quelques jours
nous avons donc profité hier de ce joli ciel bleu pour aller nous promener du côté Est du Puy de Dôme,
à Beauregard l’Evêque, à la limite des Monts du Livradois-Forez !

 

 

IMGP1794

 

Cette rando n’est pas longue, elle se fait facilement sur une aprés midi (comme nous l’avons fait Etienne et moi), adaptée à tous, petits comme grands randonneurs, et les paysages qu’elle nous permet de voir sont magnifiques !

 

Le départ de la rando se fait au coeur du village de Beauregard-L’Evêque, dans la rue principale. Nous commençons selon les indications Chamina à faire des petits détours agréables dans le village pour retomber sur l’Eglise et la Poste du village avant de sortir du village par le chemin sous le château.  Juste avant de sortir du village nous arrivons sur une petite bute qui offre un joli panorama sur la plaine avec une croix. En voyant ce panorama, l’ancien nom du village « Bellum Regardum » prends tout son sens ; la situation de ce village est exceptionnelle. Chaque habitant peut profiter d’une vue incroyable sur la Chaîne des Puys et les prairies de la plaine en contre-bas.

 

pano beauregard

 

Après quelques clichés nous suivons notre route en descendant dans les chemins boueux de la campagne. Au loin nous apercevons l’ancien Couvent des Minimes (30 minutes AR de détour). Les chemins descendent, nous traversons le ruisseau du Jauron et le domaine de Saint-Pardoux avant de remonter. Là nous avons la possibilité de rejoindre le couvent des Minimes ou de continuer la rando.

Curieux de nature, pour Etienne et moi, il était impossible de passer juste à côté sans faire un effort de 30 minutes pour aller voir cet édifice impressionnant, de plus prés. Malheureusement, le site est interdit aux visites étant du domaine privé, il nous est seulement possible de le longer pour admirer l’extérieur du bâtiment.

 

couvent minimes

 

Nous retournons donc là où nous avions laissé le point 3) de la rando et nous nous dirigeons désormais vers les rives de l’Allier et la Chapelle de Saint-Aventin avec son cimetière.

Là aussi il s’agit de quelques petits détours d’à peine 10 minutes de marche pour aller admirer les rives de l’Allier et monter à la chapelle. Rien de sorcier donc. Et l’effort en vaut la peine !

 

Nous commençons par aller voir la chapelle, toute petite montée pour y arriver. De là haut nous pouvons voir l’Allier passer. Sur la porte de la chapelle (fermée, mais cimetière ouvert), nous pouvons lire un petit historique du lieu. Avec l’Allier à côté, la chapelle de Saint-Aventin assurait le passage des marchandises telles que les poteries de Lezoux. Nous avons aussi les détails des tarifs pour avoir droit à la traversée de l’Allier, la fabrication d’une sapinière : avec 10 sapins de la forêt de la Chaise-Dieu et même la devise des Mariniers :

Si manants sur terre
Seigneurs sur eau
Nous sommes

 

chapelle

 

Après cet instant historique nous redescendons dans nos chemins boueux et tournons à gauche pour rejoindre les rives de l’Allier ! Le courant résonne de plus en plus à notre approche. Nous traversons un petit bout de forêt avant d’arriver enfin aux abords de l’Allier. Le soleil, bas dans le ciel, nous offre une palette de couleur splendide !

 

IMGP1943

 

Nous pouvons suivre le cours de l’Allier pendant quelques mètres en s’aventurant dans la forêt afin de voir le courant se séparer par une bute de terre et finalement beaucoup plus loin se rejoindre.

En passant par la forêt, nous suivons un tout petit chemin étroit et parsemé d’arbres. Les perces-neige ont tapissé le sol de leur pétales blancs et les arbres commencent à faire les beaux avec de timides bourgeons. Le coin est agréablement calme, l’endroit idéal pour faire un pique-nique printanier et un lieu ultra touristique à faire découvrir à des amis de passage dans la région (tout en veillant à toujours respecter la nature !).

 

rives allier

 

Après ce régal oculaire que nous offre l’Allier, nous reprenons notre circuit, l’heure tourne et la nuit va tomber ! Nous retournons dans les bois, pour une petite montée afin de rejoindre le plateau du village de Beauregard-L’Evêque. Nous grimpons uniquement en forêt et en sortant de la forêt nous sommes au sommet, au milieu des champs. Nous passons entre quelques pieds de vignes avant de rentrer dans le village.

Le long des vignes, un spectacle magnifique s’offre à nous. Le soleil est en train de se coucher derrière le Puy de Dôme ! Nous restons un moment à contempler ce couché de soleil à couper le souffle. La chaîne des Puys est magnifiée par ces couleurs oranger-noir, le Puy de Dôme domine, les Auvergnats sont surveillés par notre grand volcan, fierté nationale… Nous étions au bon endroit, à la bonne heure pour admirer ça :

 

IMGP2075

 

Voilà pour le petit résumé de cette jolie rando. Je vous laisse aller admirer encore plus de belles photos dans la Galerie  »Bon Oeil » !

 

La rando complète et détaillée se trouve dans le guide Chamina Le Puy-de-Dôme, rando n°5.

 

Rando de Noël avec « Rando63  » à Le Bouchet


 

Ce dimanche 16 décembre nous avons tenté l’aventure en groupe pour la première fois ! Et sans regret.. Si ce n’est de ne pas avoir tenté plus tôt….

 

C’est en cherchant sur Internet des itinéraires pour faire des raquettes que je suis tombée sur le site de « Rando63″. Association-club Auvergnat qui organise des randos en groupe tous les mois. Et ce mois-ci la rando se faisait… en raquettes !!! Ni une ni deux je nous inscris à la rando du 16 décembre dans l’optique d’apprendre à chausser des raquettes et d’apprendre à maîtriser ces engins.
Malheureusement la pluie, en deux jours, avait chassé la neige présente sur les montagnes, c’est donc sans raquette que la rando s’est déroulée. Mais l’absence de neige n’a en rien enlevé son charme à cette rando. Les randonneurs de Rando 63 ont été d’un accueil chaleureux et l’ambiance a été excellente ! C’est avec plaisir que nous les rejoindrons pour les prochaines randonnées organisées.
 

 
L’objectif du club n’est pas de suivre un itinéraire fixe. Les organisateurs, tous les deux formés par la FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre) pour animer des groupes de randonnée, maîtrisent la lecture des cartes, l’utilisation des boussoles, etc. c’est pourquoi pour cette rando je ne vous proposerais pas de télécharger un lien PDF pour avoir les explications détaillées du circuit puisqu’il n’y en a tout simplement pas héhé.

Le départ se fait au lieu-dit Le Bouchet, à côté du village Le Vauriat, non loin de St. Ours-les-Roches, à un peu moins de 40 minutes de Clermont. C’est bien couverts en bonnets, gants, etc. que nous avions rendez vous tôt le matin ! La pluie était elle aussi au rendez vous, grrrr… Mais, une chance pour nous, à peine étions nous en route sur les sentiers que la pluie cessait pour laisser la place au vent qui a vite chassé les méchants nuages nous permettant d’admirer les beaux paysages et d’avoir un peu de ciel bleu. Sur les chemins, nous avons eu quelques restes de neige. Ce qui nous a fait, à tous il me semble, bien plaisir !
 

 
Nous avons marché une bonne heure avant d’arriver au pied du Puy Chopine (qui est « accroché » au Puy des Gouttes). Son ascension étant au programme, nous avons fait avant de commencer à grimper une pause « petits gâteaux, » apporter par une des randonneuse du groupe, histoire de nous donner la force de gravir le Puy qui se dressait fier devant nous ! Et c’est parti nous voilà…!

Avant d’arriver au sommet, nous sommes passés voir la Fontaine des Pères, dans un champs.. Les bacs n’étaient malheureusement pas tous remplis, nous n’avons donc pas pu profiter pleinement du terme « fontaine » ; de toutes façons, les quelques bacs remplis étaient gelés….
 

La Fontaine des Pères, panneau avec le Puy Chopine derrière et sentiers pour gravir le Puy Chopine

 

Monter au sommet du puy a été le passage qui a demandé le plus d’effort au cours de cette rando.. Mais rien d’insurmontable ! Le groupe avance à son rythme et on peut prendre le temps de s’arrêter pour se retourner et admirer la chaîne des Puys qui se dresse derrière nous au fur et à mesure que l’on monte ! Le Puy de Côme est resté la tête dans les nuages mais ses amis le Grand et le Petit Suchet se sont bien montrés..
 

Panorama sur le Puy-de-Côme à mi-chemin de la montée au Puy-Chopine

 

Arrivés au sommet du Puy Chopine c’est le vent qui nous a accueilli… Un vent frais et vif. C’est donc sans trop nous attarder que nous sommes descendu par l’autre côté du puy, direction l’Ouest. Une descente qui sur la fin c’est faite au feeling, d’où le côté un peu dangereux sur sols glissants… Heureusement que nous avions moult branches de sapin pour nous retenir et ne pas tomber.

Arriver du côté Ouest du Puy nous nous retrouvons dans une petite clairière entre les deux puys ; le Puys des Gouttes que la lave a creusé et le Puy Chopine.

Nous continuons notre rando sur sol plat, pas de montées, quelques légères descentes et pas mal de neige aussi..

Vers 12 h 30 – 13 h l’appel du ventre a été plus fort que nos jambes et nous étions obligés de nous arrêter pour casser la croûte.. C’est au milieu des bois que nous avons couché nos bâches et sortis nos victuailles.
 

 

Etre assis nous a un peu refroidi, nous sommes donc vite reparti de bon pied, sur les chapeaux de roue pour nous réchauffer !

Et la prochaine étape était le Puy de la Coquille, le point culminant de la rando, à 1 152 m d’altitude. Monter au sommet ne demande pas d’effort particulier, la montée n’est pas rude, elle se fait sur un long dénivelé du coup on ne se rends pas compte que l’on monte autant.. Le petit plus de le montée est que celle-ci se fait surtout en forêt et quoi de plus agréable en sortant de la forêt en arrivant au sommet que de découvrir le paysage qui s’offre à nous…..!! Je vous laisse admirer la beauté de cette chaîne des Puys…
 

 

Après avoir admirer ce paysage qui nous laisse sans voix, nous sommes redescendus pour la dernière fois de la journée, pour arriver dans les bois de Mauzac. Ensuite en sortant des bois, nous retrouvons des chemins et non plus nos petits sentiers, avant de retrouver sur la fin de la journée le goudron de la civilisation et de traverser les villages voisins. Et enfin de revenir à notre point de départ, Le Bouchet où la pluie nous attendait..

 
 
 
 
Bon oeil sur La galerie photo

La Banne d’Ordanche

Envie d’aller se ballader en famille sur une après midi ?! Aucune idée d’où aller ? Je vous propose un petit tour à la Banne d’Ordanche. Petite randonnée qui se fait en 3h si on fait le tour complet et à peine 1h30 si on monte juste à la banne. Etienne et moi n’avons fait que monter à la banne, pas le tour complet c’est pourquoi dans cet article, vous ne trouverez pas d’infos sur la randonnée totale. Cet article sera assez court, juste là pour vous proposer une petite promenade.

Je vous donne cependant le PDF détaillé du parcours .

 

 

La Banne d’Ordanche est d’origine volcanique, elle culmine à 1 512 mètres et offre une vue panoramique à 360 °  sur les monts du Cantal, la chaîne des Puys et le Puy de Sancy. On trouve là haut une table d’orientation afin de se repérer au milieu de tous ces volcans.

Pour accéder à la Banne d’Ordanche, on se rends au plan d’eau de Murat-le-Quaire et à partir de là, c’est tout simple, il faut aller prendre le petit chemin sur la gauche, en passant devant le parking dédié à l’aéromodélisme et on monte, on monte sans quitter le chemin.

 

 

On chemine sur le sentier jusqu’au pied de la banne, la fin de la montée se fait par des escaliers pour faciliter la montée au sommet.

 

 

L’objectif de la promenade étant atteint, on a rebroussé chemin par le même sentier qu’à l’allée.

Je vous invite, pour compléter ce petit article à aller regarder les photos dans la galerie photo Bon oeil afin d’attiser encore plus votre curiosité :  ici