partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Tags archivés: Chaîne des Puys

Tour du Puy de Dôme + montée au Puy deDôme

 

Le Puy-de-Dôme, ce Grand Maître de l’Auvergne, le repère des auvergnats, le symbole de notre région, candidat au patrimoine de l’UNESCO (voter pour lui ici d’ailleurs) avec sa chaîne des puys… Bref, il est normal de faire l’ascension de ce Grand quand on le voit tous les jours.

Evidemment ça n’était pas notre premier contact avec le Puy-de-Dôme, aussi bien en voiture (plus possible aujourd’hui), qu’avec le train à crémaillère (info et tarifs ) nous connaissions déjà notre vieil ami d’environs 90 000 ans mais c’était pour ma part la première fois que j’allais au sommet à pied. Je vais donc vous raconter cette expérience.

 

 

Tout commence un dimanche matin où l’on ne sait pas encore quoi faire de la journée ; le temps est agréable, soleil avec de légers nuages et pour un 23 septembre, il fait encore très doux. On regarde un peu sur nos sites d’idées rando préférés et c’est sur http://www.rando-planetepuydedome.com/ que nous avons trouvé LA rando du jour (format PDF ). Nous voilà donc en route (avec ma petite soeur, Juliette) pour une activité pour l’aprem ! En voiture tout le monde, décollage immédiat pour le sommet !

A quelques minutes de chez nous, nous voilà arrivés sur le parking du Col de Ceyssat, point de départ de la rando. On passe derrière les restaurants pour arriver sur les sentiers, on arrive à un croisement, à droite, le chemin monte pour atteindre le sommet et tout droit c’est le chemin pour faire le tour du puy. Notre objectif était de faire d’abord le tour et ensuite de monter. Nous continuons donc tout droit et BAM, on se retrouve dans les forêts qui bordent le volcan.  Au sortir de la forêt (après quelques minutes) on peut admirer le Puy-de-Côme sur la gauche. Le Puy-de-Dôme se dévoile au fur à et à mesure que l’on avance sur le sentier.

Le sentier continue jusqu’au plateau du traversin, où l’on peut aller se rafraîchir à la petite fontaine en pozoulane au bord des prés de moutons et avec toujours l’objectif de la randonnée en ligne de mire !

 

La fontainte, le sommet du Puy-de-Dôme, Etienne et moi

 

On continu la rando toujours tout droit. Malheureusement (de mon point de vue), on retourne dans la forêt et on y reste jusqu’à la fin de la rando… Certes quelques petites sortie de forêt dont une très rapide qui offre une magnifique vue sur le sommet, juste au croisement du sentier avec les rails du train à crémaillère.

 

 

L’occasion pour faire de très belle photos devant le Puy-de-Dôme ! C’est là que l’on se dit que l’ascension du sommet va faire mal aux jambes… Ahahaha.

 

 

Après la fin de la rando en forêt, on revient au point de départ au Col de Ceyssat, retour au petit carrefour du début et cette fois-ci on tourne à droite direction le sommet par le Chemin des Muletiers !

 

 

Le début de l’ascension se fait en forêt, très agréable, pas trop difficile. Mais très vite ça devient sportif. Sur le chemin, on croise de nouveau le « chemin de fer » du train à crémaillère, à partir de là, la montée est à découvert et plus en forêt, on peut voir le panorama évolué à chaque pas !

 

 

 

Nous avons eu peu de chance, le vent commençait à se lever et les nuages à arriver quand nous montions, de ce fait, nous n’avons pas eu un panorama très lointain.. Mais tout de même très appréciable ! Tout le long de la montée, des bancs sont à notre disposition avec table de vue et des notes historiques concernant le Puy-de-Dôme et le Chemin des Muletiers. Maintes fois nous nous sommes assis pour souffler et Juliette a bien failli ne jamais poursuivre la route ! Ah ah…

 

Le chemin n’est pas trop étroit, beaucoup de monde l’empreinte, du moins le jour où nous y étions, famille et personnes âgées. Même pour du trek. Bref, c’est pas le petit train à crémaillère qui fera défaut à ce sentier héhé.

Au bout de 45 minutes intensives de montée, nous arrivons enfin au sommet ! Quelques dernières marche à gravir pour arriver sur le semi plateau du P.d.D.

 

 

Au sommet on peut se détendre au restaurant des Dômes, faire un tour à la boutique souvenir (améthyste, reproductions miniature du P.d.D et autres trésors d’Auvergne sont au rendez-vous) ou encore et tout simplement observer la vue !!!
Nous sommes montés tout en haut en haut, donc encore des marches. A noter pour ceux qui souhaiterait y monter en train avec une personne handicapée, l’accés handicapé est impossible, mes soeurs et moi le savons pour en avoir fait l’expérience, et c’est bien dommage ! En montant les marches nous passons devant les vestiges du Temple de Mercure (dieu des voyageurs, des marchands et des voleurs, le temple, construit au Ier siècle, fut un grand lieu de culte pour les gallo-romains).

 

Antenne du P.d.D, vestiges du temple au 1er plan et Etienne qui gravit les dernières marches

 

Un circuit permet de faire le tour du P.d.D tout en admirant la chaîne des puys qui s’étends sous nos yeux face au plus haut volcan d’Auvergne sur lequel nous sommes.

 

La chaîne des Puys d’Auvergne

 

 

Voilà que cette rando touche à sa fin, nos jambes appréhendent la descente… Rien de pire que les descentes, grrrr  !! Il fait frisqué, le vent est frais, il nous tarde d’arriver en plaine et de rentrer vite au chaud dans la voiture…. « Pourquoi ne pas redescendre en petit train » me direz-vous.. Eh bien, petit conseil ; si l’on monte à pied au P.d.D, il vaut mieux éviter d’en redescendre en train (et vice-versa évidemment), pou la simple et bonne raison que le parking du point de départ de la rando est au Col de Ceyssat tandis que celui du départ du petit train est quelques kilomètres avant le Col de Ceyssat. La chose est possible, mais il faudra ajouter quelques pas de plus pour rejoindre la voiture.

N’hésitez pas à aller jeter un « bon oeil » dans la  galerie de photos pour voir les photos complètes de cette randonnée.