partager sur facebook partager sur twitter partager sur googleplus partager rss

Tags archivés: Tour del Far

Ermitage Notre Dame de Pène, Perpignan

tableau nd de Pène

 

Je vous ai proposé il y a quelques semaines une randonnée dans les Pyrénées, à la Tour del Far, à côté du village de Cases de Pène. Et je vous avais promis un article sur la suite de cette rando, à Notre Dame de l’Ermitage qui fait face à la Tour del Far (que l’on peut repérer par beau temps avec jumelles). Erigée sur des roches, plus précisément le Pic Rodon, d’où elle tire son nom, Pene voulant dire « rocher » en catalan. Elle date de 1011, à l’époque elle était alors attenante au château Castellum de Pena. Il ne reste aujourd’hui que cette chapelle. Elle a longtemps continué de servir de paroisse pour les habitants de Cases de Pene et de lieu d’ermitage. Le dernier ermite ayant « résidé » là haut est parti du jour au lendemain, dans les années 50. Depuis, la chapelle a subi une rénovation, en 2000, pour le logement des ermites.

 

IMGP6294

A l’entrée du chemin

 

On accède au parking, en voiture, au départ de Cases de Pène, en direction d’Estagel, sur la D117, à gauche  juste avant l’espèce d’usine.

Le départ commence au petit panneau sur le rocher, voir photo ci-dessus. Commence alors l’ascension de la chapelle.

 

Les 3 oratoires et quelques cactus

Les 3 oratoires et quelques cactus

 

Après être montés à la Tour del Far nous finissions la journée en beauté avec cette ascension. Un peu fatigués, nous avons cependant tenus bon jusqu’au sommet. Le chemin est beaucoup plus simple pour accéder à la chapelle que pour la Tour del Far et plus nombreux étaient les randonneurs pour aller à la chapelle.

 

En plus des oratoires et des cactus, le long du sentier, on peut contempler le village de Cases de Pene, profiter du panorama, découvrir la chapelle qui pointe son nez derrière les rochers et aussi respirer le romarin sauvage qui pousse tranquillement dans les roches blanches. Chemin très agréable, qui donne du respect, tout comme accéder à la Tour del Far, aux pèlerins d’en temps.

 

IMGP6323

Vue en contre-bas du sentier

 

L’ascension se fait en un peu moins de 30  minutes, nous arrivons donc assez vite au sommet. Et quel plaisir d’admirer cette chapelle, si impressionnante de prés, de voir son fameux escalier imposant face à nous, enfin !

 

 

Il faut savoir pour la petit anecdote que c’est moi qui avait demandé aux garçons que l’on fasse cette journée rando pendant nos vacances. Ayant vu des photos sur le net de cette chapelle, construite dans la roche, son escalier semblant infini montant dans le lieu sacré, j’avais très envie de voir cet endroit de mes propres yeux ! Je les ai donc entraîné à Cases de Pene… Mais Etienne qui était chargé, après mes orientations, de trouver le circuit a par erreur (et finalement pour notre grand bonheur) trouvé le circuit qui mène à la Tour del Far. C’est en débutant sur les sentiers de la Tour del Far, au sortir du village de Cases de Pene, que l’on peut voir la chapelle de l’Ermitage, à gauche, complètement à l’opposé, perchée sur son rocher,  j’ai sans attendre protesté « mais c’est là que je veux aller moi !!!!! ». Comme nous ne savions pas vraiment où nous allions (ignorant à ce moment que les sentiers allaient nous mener à la tour qui se dressait fière devant nous), nous pensions alors que nous allions faire une boucle qui nous mènerait à la chapelle. Mais plus on s’éloignait, plus je désespérais de monter à la chapelle. Et pour cause, le circuit qui mène à la Tour ne passe pas par la chapelle.

Heureusement, les garçons et moi étions encore en forme après l’ascension de la tour pour entamer une nouvelle montée. Nous allions enfin aller voir la chapelle ! J’étais aux anges et pressée d’arriver en haut !

 

IMGP6328

 

A peine arrivée là haut, je me suis hâtée de monter les 50 marches qui mènent aux portes de la chapelle, dans l’optique de la visiter ! A mon grand regret, les portes étaient fermées pour la saison.

Pour les déçus comme moi ou ceux qui souhaiteraient avoir une petite idée de la beauté du lieu à l’intérieur, je vous conseille de cliquer ici.

Là haut, c’est toute la plaine de l’Agly qui s’étends sous nos yeux… Toujours avec ce ciel gris, nous n’avons pas profité d’un beau panorama, mais la beauté des paysages était tout de même admirable !

 

Sans titre

 

N’ayant pas la chance de pouvoir visiter le lieu, c’est après avoir longtemps admirer ce monument empli d’histoire et le paysage que nous sommes finalement redescendus. Par le même sentier qu’à l’allée. Retour à la voiture les yeux remplis de belles images et l’appareil photo pleins de souvenirs.

 

Je vous laisse découvrir plus de photos de la chapelle et son ascension dans la galerie bon oeil !

 

 

 

 

 

La tour del Far, Perpignan

 

 

 

Cet été, profitant de nos vacances à Gruissan nous avons décidé sur une journée de partir dans les Pyrénées faire une randonnée d’une journée.

N’étant pas de la région et n’ayant pas de guides de rando dans les Pyrénées nous sommes allés sur un site de balades en Roussillon ( pour les détails de la rando étapes par étapes) afin de trouver  la rando qui nous conviendrait.

Nous nous sommes arrêtés sur cette rando parce que les paysages avaient l’air superbes (après quelques coups d’oeil sur le net), pas excessivement loin de Gruissan, pas trop longue et parce que je reste totalement ébahie  devant les vestiges que nos ancêtres peuvent nous laisser et je pense que quiconque monte en haut de la Tour del Far prends conscience du mérite qu’avaient nos anciens, de leur bravoure et leur désir de protéger leur terre.

 

Pour que vous compreniez mieux en quoi une simple tour peut être si attractive, voici un petit topo sur l’histoire de cette fameuse tour :

 

Erigée à 512 mètre d’altitude, la Tour del Far domine toute la plaine du Roussillon.. Du catalan, Tour del Far signifie   »la Tour de Feu ».

Cette tour a longtemps servi à faire des signaux par feu la nuit et par fumée le jour au Château de Tautavel, situé en contrebas, à 12 km au Nord-Ouest de la tour, en cas d’attaques ennemies. On note sa présence depuis avant le XI ème siècle hélas, nous n’avons pas de date exact de sa construction.

C’est en 1346 que Pierre IV d’Aragon ordonne qu’un gardien y demeure à l’année pour renforcer la sécurité et faire lesdits signaux par feux.

Bon, une tour de signal, on en connait tous, ça n’a rien de si extraordinaire en soit. Certes, je l’admets, mais en faisant son ascension on ressent toute l’émotion de l’histoire de cette tour !

 

Mais passons, vous trouverez sans en douter tout un tas d’infos mieux détaillées sur le net au sujet de la tour et du Château de Tautavel !

Revenons en donc à notre randonnée…

C’est non loin de Perpignan, dans le village de Cases-de-Pène que nous nous rendons Etienne et moi avec un de nos amis en vacances avec nous. Afin de démarrer la rando nous nous garons sur le petit parking de la Cave Coopérative, situé juste à gauche après avoir traversé le pont de l’Agly.

 

Pont de l’Agly et le petite fontaine du village

 

A partir de là, nous traversons Cases-de-Pène, joli petit village du Sud que nous quittons rapidement pour rejoindre la route. Le long de cette route nous pouvons admirer les champs de vigne à perte de vue, les figuiers pas encore mûrs à cette saison mais abondants de fruits verts, les cactus et aussi et tout simplement la chaîne des massifs de Tautavel qui se dresse devant nous avec notre objectif en ligne de mire ; la Tour del Far !

Le plus impressionnant sur ce circuit c’est que la Tour del Far nous semble looooooooooooooooooooooooooooin et on se dit tout le long de la rando qu’en 1 h il est impossible d’atteindre son sommet ; comme on peut le deviner sur la photo ci-dessus prise sur la petite route de campagne au sortir du village… Eh pourtant… Rien n’est impossible à tout bon marcheur héhé !

 

Nous quittons assez vite les routes de campagne pour arriver dans les chemins champêtres de cailloux et de terre. Chemins champêtres qui laissent eux-même vite place aux sentiers empruntés uniquement par nous, randonneurs et qui furent par le passé empruntés par les défenseurs de la tour.

 

 

La suite de la randonnée est toute simple.. Enfin simple, il faut tout de même s’armer de courage pour gravir le massif de Tautavel !! Ce jour-là nous n’avions pas du tout beau temps. Le ciel était orageux et le temps lourd. Nous craignions un orage. Plutôt habitués au calme de nos grands volcans auvergnats nous avions un peu peur d’être surpris par une tempête avant d’arriver à notre objectif c’est pourquoi nous nous sommes peu arrêtés, j’ai donc peu de photos. Nous avons tracés rapidement.

La lourdeur du temps a été un obstacle supplémentaire après les glissages dans les cailloux, les buis qui nous griffaient sur les sentiers étroits, nos sacs à porter, bref, dur dur comme « grimpette » !

 

 

Tout le long du sentier nous n’avons rencontrés personne…. Evidemment, il faut bien être fou comme un auvergnat pour aller se promener dans les montagnes, loin de toute civilisation avec un ciel aussi menaçant que ça ahahah… Mais notre isolement nous a donné une sensation « seuls au monde » qui était assez plaisante et enivrante ! Une vraie communion avec la nature.

Nous arrivons, contrairement à ce que l’on peut penser au début de la rando, rapidement au sommet du massif de Tautavel…. Et l’effort en valait VRAIMENT le coup !!!!!!!!!!!

Magnifique panorama à 360 ° sur la plaine du Roussillon.. On distingue même les Pyrénées (je pense mieux par ciel dégagé) ! Et voir cette tour qui nous paraissait si petite au début se dresser fière juste à côté de nous.. C’est là que l’on se sent petit, que l’on se sent fort, que l’on ressent l’histoire de cette tour…. Fouah, grandiose quoi !

 

 

Sans traîner nous sommes redescendus de notre petit coin de paradis… Le ciel était trop effrayant.. Et comme vous pouvez le voir sur la photo ci dessus en bas à droite, le brouillard commençait à envahir les hauteurs ! Bientôt nous ne distinguerions plus rien !! La descente est très délicate à cause des risques de chutes sur les cailloux…. Prudence donc.

 

De retour au village, nous nous sommes abreuvés à la fontaine au centre de la petite place…  Epuisés et moîtes, nous projetions encore d’aller au sommet de l’Eglise de l’Ermitage !

Je vous raconterais cette expéditions dans un prochain article héhéhé…

Pour l’heure je vous laisse jeter un bon oeil ici.